MALONGO : une entreprise visionnaire et engagée

siège social Malongo Carros

siège social Malongo Carros

L’entreprise Malongo, Torréfacteur Niçois depuis 1934, a ouvert ses portes le lundi 23 septembre à l’Association Française pour la Qualité et la Performance. Plus de 40 personnes ont participé à cet événement, sur le site de l’entreprise situé à Carros.

Depuis 1992, Malongo travaille avec les plantations biologiques pour privilégier les variétés botaniques. Le directeur Jean-Pierre Blanc a participé activement aux fondements du commerce équitable qui représente aujourd’hui 44% de la production de l’entreprise (café labellisé Max Havelaar). Le café Bio (AB) représente quant à lui 24% de la production. Il n’a pas encore atteint la côte de popularité du café équitable, produit phare de la marque.

L’entreprise est engagée sur l’ensemble des volets de la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). L’efficacité démontrée par Malongo lui a valu d’être récompensé par le prix 2008 Entreprises&Environnement, catégorie « Initiatives et management du développement durable », décerné par le Ministère du Développement Durable. Malongo agit activement sur tous les domaines : économique, social, sociétal, environnemental. Quelques exemples présentés lors de la visite sont particulièrement révélateurs de l’engagement de l’entreprise :

volet économique : en 2010, malgré les cours du café qui se sont envolés, Malongo a continué à acheter du café Arabica labellisés Max Havelaar.

volet social : 94% des contrats de l’entreprise sont des CDI, l’entreprise a cumulé plus de 135 heures de formation en 2012. Malongo est signataire du Pacte Mondial depuis 2001, et signataire également de la charte de la diversité.

volet sociétal : l’entreprise entretient des relations privilégiées avec le Mexique depuis 1992. Elle y développe l’écotourisme et a ouvert un centre de formation pour les caféiculteurs

volet environnemental : Malongo propose un nouvel emballage pour ses dosettes visant à réduire le poids des cartons. Il a investi pour cela dans une nouvelle ligne de production. Le carton utilisé en fibre FSC (fibre issue de forêts gérées durablement), permet de dégager 60% en moins de CO2. L’entreprise propose également depuis peu une nouvelle machine éco-conçue : la machine EK’OH. Fabriquée en France, cette machine est une innovation technologique pensée avec des matériaux recyclables. Elle consomme moins d’énergie (réduction de 56%), sa durée de vie est rallongée et ses impacts sur l’environnement sont réduits de 84%.

Les entreprises, et particulièrement les CHR (cafés, hôtel, restaurants) qui souhaitent se perfectionner dans le commerce équitable et dans la connaissance du café Malongo, ont la possibilité de suivre des formations dans les centres de formation pour les commerçants situés à Lyon, Nice et Paris.

L’usine de production située à Carros ne permet pas aujourd’hui à l’entreprise de se développer selon sa stratégie. Des projets d’implantations d’usine HQE à la Gaude sont en cours d’étude.

Jean-Pierre Blanc, directeur de Malongo et Alain Dutheil, membre du conseil d'administration de l'AFQP06 (ancien DG de ST Microelectronics)

Jean-Pierre Blanc, directeur de Malongo et Alain Dutheil, membre du conseil d’administration de l’AFQP06 (ancien DG de ST Microelectronics)

« On ne le répètera jamais assez, le commerce équitable n’est pas une forme de charité à la mode. Malongo n’est pas une ONG volant au secours des petits paysans du monde. Nous sommes une entreprise qui achète, torréfie et vend du café, noue des partenariats, génère des profits afin d’investir pour se développer, innover et proposer sa vision atypique du commerce. » Jean-Pierre Blanc, directeur Général des Cafés Malongo.

 

MalongoLogoSophie

 

 

Malongo carte d’identité

–  société familiale créée en 1934 à Nice

98 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2012

N°1 du haut de gamme et arabica

– 7 boutiques en France

364 collaborateurs

– Depuis 1968, filiale de la société Rombouts

 

Le savoir-faire Malongo

TorrefactionL’entreprise visite régulièrement les caféiculteurs. Elle veille à ce que les conditions de transport soient les meilleures (sacs de jute, containers étanches..). Elle reçoit le café vert dans son usine à Carros. C’est alors qu’elle met en œuvre tout son savoir faire technique. Elle recourt à la meilleure méthode de torréfaction, lente (20 minutes) et à température maîtrisée (230°) qui permet au café de révéler le meilleur de ses arômes.

 

 

 

Origine du commerce équitable

homme cueillette caféFace à la dictature des acheteurs du « grand marché », les petits caféiculteurs du sud du Mexique, se sont regroupés en communauté en proposant un café plus cher mais de meilleure qualité. Grâce au soutien du prêtre Francisco Van Der Hoff (le père du commerce équitable) arrivé dans « la région de l’isthme » en 1980, les petits producteurs se sont unis pour constituer une vraie force. Ils se sont ainsi regroupés en coopérative afin de peser sur le marché du café, un nouveau marché qui intéresse les torréfacteurs occidentaux. C’est ainsi que le label Max Havelaar fait son apparition : un café plus cher mais de haute qualité, assorti d’un label éthique. Aujourd’hui, l’UCIRI (Union des Communautés Indigènes de la Région de l’Isthme) possède sa propre banque et génère deux millions d’euros de chiffre d’affaire. Depuis 1992, Malongo est son premier partenaire Français.

 En savoir plus

Ecrit par