Depuis le 19 août, l’humanité vit à crédit

Le mardi 19 août, l’association WWF (World Widlife Fund) a publié sur son site internet un article d’alerte sur le dépassement de la consommation des ressources à disposition pour l’année 2014.

pomme_wwfDe quoi s’agit-il ?

Chaque année, le Global Footprint Network (Organisation Internationale de recherche environnementale) calcule le jour de dépassement de l’empreinte écologique : il s’agit de la date à laquelle l’empreinte écologique de l’humanité dépasse la biocapacité de la planète, c’est à dire sa capacité à reconstituer les ressources de la planète et à absorber les déchets, y compris le CO2. Selon les données recensées par cette ONG, depuis le 19 août nous sommes dans le rouge, et nous entrons dans en situation de déficit écologique.

La dette écologique remonte aux années 70 où un seuil critique a été franchi : la consommation de l’homme a dépassé les ressources disponibles offertes par la nature (production de nouvelles matières premières, recyclage du CO2 libéré). Selon le WWF, 86% de la population mondiale vit dans des pays qui demandent plus à la nature que ce que leur propre écosystème peut renouveler. Et selon le Global Footprint Network, il faudrait une planète et demie pour produire les ressources écologiques renouvelables nécessaires pour soutenir l’empreinte actuelle de l’humanité.

Est-il encore possible d’agir et d’inverser la tendance ?

Selon Diane Simiu, Directrice des Programmes de Conservation du WWF, il est encore possible d’agir : « même si les chiffres montrent clairement que la demande en ressources de l’humanité dépasse la capacité de notre planète à les produire, nous pouvons encore prendre des mesures audacieuses et construire un avenir prospère, fondé sur l’utilisation durable des ressources. Mais il faut agir dès maintenant. »

Voici ci dessous quelques solutions évoquées par le WWF :

– passer massivement à l’énergie renouvelable,

– opter pour des régimes alimentaires moins riches en viande,

– viser une économie circulaire : recycler et réutiliser

– repenser l’urbanisme

– sélectionner des produits respectueux de l’environnement : produits certifiés MSC (Marine Stewardship Council) pour la mer, FSC ou PEFC pour le bois.

Le WWF publiera début octobre sa nouvelle édition du Living Planet Report, un rapport sortant tous les deux ans et qui met en lumière l’état de notre planète.

En savoir plus

Ecrit par